Tout savoir sur le test de paternité à domicile

Chaque humain a hérité d’un patrimoine génétique de ses deux parents biologiques. La moitié de ce que vous êtes vient de votre mère. L’autre part est un héritage de votre père. Le test de paternité à domicile permet de confirmer qu’un enfant partage effectivement les mêmes gènes que ses parents, en l’occurrence son père biologique.

Un test de paternité à la carte

Le test de paternité est une analyse de l’ADN. Il se commande en ligne en se rendant ici. Les clients n’ont pas à faire de prélèvement sanguin. Un frottis buccal suffit pour analyser le patrimoine génétique d’un enfant. Il faut au moins deux échantillons distincts. Le laboratoire a besoin des cellules buccales de l’enfant et du présumé père biologique pour procéder à la comparaison. Les différences se voient à la lecture des séquences de molécules constituant un filament ADN. Ce dernier se trouve dans chaque cellule du corps et reste unique pour chaque humain. Cependant quelques ressemblances sont à noter pour les personnes ayant un lien de parenté. Lorsque les individus sont proches, leurs signatures génétiques sont quasiment identiques. La fiabilité d’un test de paternité est de l’ordre de 99,9 %.

Des résultats disponibles sous 5 jours ouvrables

Un test de paternité à domicile ne demande aucun déplacement. La personne qui a fait la commande reçoit un kit d’échantillonnage. Il comprend des récipients distincts dans lesquels il faudra mettre les prélèvements. Le laboratoire livre le kit par voie postale ou avec un autre prestataire. Ce kit comprend un bâtonnet qui ressemble au coton-tige. Une fois les prélèvements effectués, la personne qui commande le test ADN expédie les échantillons à l’adresse indiquée. Les scientifiques font l’analyse dès qu’ils reçoivent les cellules prélevées par frottis. Le client reçoit les résultats dans les 5 jours qui suivent l’envoi des bâtonnets. Ils sont transmis par e-mail. Ce sont des laboratoires à l’étranger qui s’en chargent. Le test ADN à domicile n’est pas reconnu par la justice française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *